ARLES : FINALE DU TROPHEE DES AS

12 raseteurs en piste

Ziko Katif :
“Je suis prêt pour la finale"

Ziko Katif

2015 – 2019. 5 saisons se sont écoulées et on retrouve Ziko Katif, premier du Trophée des As. Toujours aussi spontané, juste un peu moins timide, le Montpelliérain évoque sa carrière et sa vie.

Qu’est qui a changé depuis 2015 ?

J’ai mûri, je me disperse moins, je suis plus centré sur les taureaux. Grâce à une bonne préparation l’hiver avec mon ami Karim El Berrack, je tiens toute la saison. Physiquement, je suis au top, moralement j’ai parfois un manque de confiance en moi. En 2015, j’avais tout. Quelle saison ! Et cette finale avec Greco, énorme ! Les gradins en transe… J’ai eu un peu de mal certaines années, mais aujourd’hui tout va bien, il y a des rasets que je refais maintenant. Et puis inconsciemment il y a Liam, je suis papa maintenant… ça fait réfléchir.

Comment s’est déroulée la saison ?

J’ai été opéré du pied l’hiver dernier puis j’ai pu faire une préparation normale. Pour être bien, il faut que j’enchaîne les courses, je vais mieux dès que je déroule. En piste c’est pareil. J’aime avoir de la place pour faire mes rasets. Parmi mes meilleures courses, je pense, à Lunel où je gagne le Trophée Castro, ou au Grau le 14 juillet par exemple. Je prends aussi du plaisir à l’Avenir, c’est différent mais ça me plaît aussi. J’ai eu un peu mal à mon autre pied (arrachement osseux) mais c’est supportable, je verrai cet hiver. Vraiment, tout va bien.

Votre ressenti pour la finale dimanche ?

Je suis prêt, détendu, j’espère faire une bonne course, il va y avoir du monde, il faut que ça soit bien. Dommage que Joachim Cadenas soit blessé, le titre aurait pu se jouer sur la finale, ça m’aurait plu et puis le public aurait été chaud bouillant. Même si je n’aime pas trop la pression comme à la Cocarde d’Or, en certaines circonstances, ça permet de se transcender. Laisser son cerveau au vestiaire et raseter, raseter… pour gagner devant tous ces gens…

Propos recueillis
par Martine Aliaga

Ziko Katif, 26 ans, 6 saisons au Trophée des As avec une 1re victoire en 2015 (après la 1re place à l’Avenir en 2013) ; 7e en 2014 ; 2e en 2016 ; 4e en 2017 ; 3e en 2018.

Présentation des raseteurs

1er Ziko KATIF (Droitier, 548 points)- Le raseteur de Vendargues a offert cette année au public une saison de grande qualité. Constant et efficace, il a épargné par les blessures ce qui lui a permis de faire une saison pleine et de finir en tête pour la deuxième fois de sa carrière, s’adjugeant le titre de vainqueur du Trophée des As et Champion de France.
2. Youssef ZEKRAOUI (Gaucher, 454,5 points)- Troisième de la Cocarde d’Or 2019, ce gaucher aux rasets osés et qui donne l’avantage aux taureaux a encore fait une saison de fort belle qualité. Alliant style et efficacité, il remporte notamment le Crochet d’Or à Fontvieille, le trophée Dubout à Palavas et le trophée de la Mer au Grau du Roi.
4. Jeremy CIACCHINI (Droitier, 349,5 points)- Une belle temporada pour ce droitier qui n’a pas ménagé ses efforts. Vainqueur notamment des Olives Vertes à Mouries et seconde de la Cocarde d’Or, il a montré de la constance et a su prendre bons nombres de courses à son compte pour le bonheur des afeciouna.
5. Vincent MARIGNAN (Droitier, 323,5 points)- Efficace et compétiteur, il s’octroie le trophée des Maraichers à Chateaurenard et les Impériaux aux Saintes. Apprécié du public pour la qualité de ses rasets, il fait une saison plus qu’honorable et termine à la 5e place.
6. Amine CHEKADE (Droitier, 283,5 points) – Sans faire de bruit, le Beaucairois se classe à une belle sixième place. Présent lors des grands rendez-vous tout au long de la temporada, sa constance à ce niveau est un gage de sérieux et de passion. Il sait se montrer à son avantage dans ce genre de course.
7. Yassin NAÏM (Gaucher, 189,5 points) – Pour lui c’était la saison de la confirmation. Révélation de l’année dernière, sa saison ira a mas. Il finira meilleur animateur du trophée des maraichers et du Tau d’Or au mois de septembre. Il est l’homme à suivre en cette fin de saison.
8. Jeremy ALIAGA (Gaucher, 164 points)- Avec lui c’est l’émotion garanti. Téméraire, il nous prouve à chaque course qu’il est un des meilleurs gauchers dans l’élite de la course camarguaise. Sachant se transcender lors des finales, nul doute que celle-ci ne dérogera pas à la règle.
9. Antoine CHARRADE (Droitier, 160,5 points)- Discret et dôté d’une capacité physique et athlétique supérieure, son efficacité crochet en main lui permettent de faire la capelado de cette finale des As. Ex-aequo avec son compatriote Bouharguane, il essaiera de garder sa place dans la hiérarchie.
10. Jamel BOUHARGUANE (Gaucher, 160,5 points)- Il remporte cette année le Raset d’Or à Beaucaire lors de la Palme d’Or. Cet élégant gaucher nous gratifie d’une belle saison 2019. Toujours souriant, il est accoutumé des rasets appréciés des spectateurs par leur pureté et capable de nous donner de fortes émotions.
12- Maxime FAVIER (Gaucher, 99 points)- C’est le guerrier de la course camarguaise. Blessé toute la saison dernière, il revient avec une forme physique éblouissante en début de saison. Après avoir repris ses marques en piste, il se blesse à nouveau, mais revient pour la finale avant de se faire opérer de la cheville dans les prochains jours.
14- Enzo BERNARD (Gaucher, 97,5 points)- Pour sa première saison aux As après avoir fini 3e de l’Avenir l’an dernier, ce talentueux gaucher aura fait une saison pleine. Présent dans tous les grands rendez-vous de la temporada, il participera à sa première finale des As. Gageons pour lui qu’il nous fasse vibrer comme il a su le faire toute cette année.
16- Jérôme MARTIN (Gaucher, 66 points) – Petit par la taille mais grand par le talent. Travailleur acharné, il sait mouiller le maillot pour le plus grand plaisir du public. Moins en réussite que les saisons précédentes, il sait se montrer à son avantage sur les courses qui comptent et qui marquent. Souvent omniprésent dans les grandes courses, il ne fait aucun doute que dimanche il saura honorer avec brio l’invitation qui lui est faites.
Ils manqueront la finale sur blessure :
Joachim Cadenas, Vincent Felix et Radouane Errik manqueront cette finale arlésienne. Le premier s’est fait
sévèrement attraper par Aïoros des Baumelles dans les arènes de St Georges d’Orques le 24 août. Blessé au poumon notamment, sa saison sera marquée par les blessures. Après un début de saison tronqué par une blessure au genou, il revient fort, remportant la Cocarde d’Or. Longtemps 2 nd au classement, son indisponibilité lui fait perdre les gros rendez-vous de septembre, passant au troisième rang de la hiérarchie.
Malchanceux, Vincent Félix enchaîne les problèmes. Malgré ce, il revient en forme début juillet et fait une grosse Cocarde d’Or. Malheureusement, le 14 juillet, il se fera une luxation du pied dans les arènes du Grau du Roi lors de la complète de la manade Nicollin, ce qui nécessitera une opération.
Radouane Errik (Gaucher, 98 points) lui non plus n’a pas été épargné par les blessures ce qui lui coute la finale 2019.

VINCENT

Sept cocardiers pour un titre

Le Biòu d’Or sera élu en public le matin de la finale (dimanche 13 octobre), salle des fêtes d’Arles à 11 h, boulevard des Lices.

Ci-dessous la saison de chacun des cocardiers de la finale

Mari Peù Photo C. I.

MARI PEU
N.628 manade Gillet.
1/07, Arles (1er)

Son fait d’arme c’est le prix du meilleur cocardier de la Cocarde d’Or en étant sorti 1er devant une quarantaine de raseteurs. Placement sans faille et intentions punitives sont sa signature. Un sacré client !

 

Rubicon Photo MALI

RUBICON
N.963 Cuillé.

Gestion de l’espace, enfermées, répliques avec bravoure et sévérité. Voilà les armes de ce cocardier qui a rentré ses ficelles 4 fois sur ses cinq sorties.
7/04, Mauguio (4e)
19/05 Vendargues (4e)
7/07 Châto (4e)
1/08 Marsillargues (4e)
16/08 Les Saintes (2e).

Trancardel Ph MALI

TRANCARDEL
N.641 Bon.

Avec ses cornes démesurées et une vaillance à toute épreuve, saison après saison, Trancardel assure à toutes ses sorties. Il y a rajoute le plus souvent des ripostes franches et vigoureuses jusqu’à exploser les bois.

31/03, Beaucaire (4e)
5/05 Palavas (3e)
6/06 Nîmes (5e)
21/07 Beaucaire (6e)
16/08 Les Saintes (3e)
15/09 Grau (3e)

Optimus Ph MALI

OPTIMUS N.605 Les Baumelles.

Il inspire le respect et engendre la difficulté. Froid, sa gamme de jeu va de l’anticipation aux conclusions méchamment appuyées où les raseteurs sont en danger. Les hommes s’en méfient et hésitent souvent à le défier ce qui le dessert car il exulte sous la pression.

19/04 Arles (4e), 30/05 Vauvert (4e), 14/07 Beaucaire (4e), 16/08 Les Saintes (4e), 15/09 Grau (4e)

Pourpier Ph MALI

POURPIER N.514 de Saumade.

Dominateur, les échanges musclées ne lui font pas peur au contraire, c’est là qu’il se dédouble pour finir d’une corne criminelle haut après l’homme. Vigilant à tous mouvements, le danger est bien présent à chaque action.

22/04 Lunel (4e)
16/06 Grau (4e)
14/07 Beaucaire
15/08 Mauguio (4e
15/09 Grau (5e)

Cupidon Ph MALI

CUPIDON N.707 de Paulin.

S’il laisse filer ses rubans en toute vaillance le plus souvent , il se chauffe pour trouver sa pleine mesure aux ficelles. Habitué des grandes confrontations, c’est à Lunel et Beaucaire qu’il a pleinement exprimé ses grandes qualités.

19/04 Arles (6e)
12/05 Beaucaire (6e)
10/06 Lunel (6e)
29/07 Beaucaire (6e)
15/08 Le Grau (5e)
15/09 Grau, 6e)

LANDIÉ N.002 Nicollin.

Landié de la manade Nicollin

C’est un taureau à part. D’une méchanceté extrême, la rage est en lui et ses percussions aux bois sont sources de menaces constantes. En rafale, en bascule, au travers des planches, ses actions sont grandioses et son agressivité hors normes.

14/04 Lunel (6e), 6/06 Nîmes (6e), 15/08 Grau (7e), 8/09 Châto (6e).

MARTINE ALIAGA