SAINT-REMY-DE-PROVENCE : 11 novembre

Concours des manades de l’AETCC
danger, émotions et frissons

Le Carmen général accordé par François Fassi impeccable à la présidence était une évidence. Les hommes sont tous à unir dans les éloges au vue de leur excellent travail. Les taureaux eux ont fait honneur à leurs devises mais Escapaïre, Campéon et Chicharito nous ont fait vibrer grâce à l’implication et le courage des blancs. Escapaïre redoutable, Campéon criminel seulement trois petites minutes et Chicharito fabuleux ont marqué les esprits.

Franc et sans refus, SOCRATE (Agu n°092) démarre tranquillement. Il se soulève après Bouarghane puis aux ficelles sur un rythme soutenu il s’acquitte bien de sa tâche venant finir cornes dans les planches après les droitiers. Un honnête premier qui conserve ses ficelles malgré un final éprouvant. 4 Carmen et rentrée.

Dépossédé de sa cocarde et son unique gland en quarante cinq secondes, le rapide JOYKO (Les Termes n°213) coupe fortement le terrain et s’engage avec conviction. Il ne pousse pas ses actions mais concentré et bien placé, le Tau d’Or 2017 et d’Argent 2018 assure une prestation très cocardière. Convaincant, il termine fort, bouche fermée porteur d’une ficelle. 5 Carmen et retour.

Une minute trente et CATIGO (Sylvéréal n°702) défend ses ficelles. Calé aux planches, il ne rechigne pas. Naïm traverse  la piste dans le berceau des cornes. Décidé, il ne lâche pas le combat et se fait respecter. Énergique dans les séries, il se déplace à bon escient et ramène ses ficelles en musique jouée 5 fois.

Dangereux, ESCAPAÏRE (Saliérène n°150) inspire la crainte. Il enferme et met en danger Naïm obligé de mettre le turbo. Compliqué du fait de sa position centriste il oblige à calculer. Il agresse Bouarghane aux planches et enferme à nouveau Bernard et Naïm. Dominateur, ses ficelles retournent au toril. 5 Carmen et rentrée.

Vif, CAMPÉON (Pagès n°932) s’engage décidé et dès la deuxième minute sur un coup de barrière, il inflige un coup de corne derrière la cuisse droite de Bouarghane. Après une interruption, il ressort avec une envie décuplée. Bernard se lance dans un long raset, rattrapé avant les planches il est violemment projeté en contre piste et emmené à l’infirmerie. Le bioù intraitable ne ressortira plus mais Bernard revient en piste avec le soulagement du public.

Sérieux, CHICHARITO (Caillan n°909) se livre avec force dans des enfermées qui font frissonner l’assistance. À cinq, les hommes s’investissent et mettent en lumière les qualités d’anticipation du bioù qui maîtrise parfaitement l’espace. Bernard lève cocarde et gland sous les acclamations. Il percute après Ciacchini puis Naïm et Ciacchini passent in-extremis. Il conserve un gland fortement applaudi. 8 Carmen dont retour.

Leste, PEPELLE (Layalle n°133) répond aux dernières forces des cinq raseteurs. Rapide, il fait preuve de franchise. Décollé des bois, il fait le pas avec une certaine rapidité même si le travail ralentit aux ficelles. Volontaire il les conserve en musique. 

ERIC AUPHAN

Course du 11 novembre. Entrée : demi-arène. Organisateur : Comité des Fêtes.  Présidence : F Fassi Raseteurs droitiers : Ciacchini, F Martin (sort au 4e déchirure), Michelier.  Gauchers : Bernard, Bouhargane, Brunel, El Mahboub, Naïm. Tourneurs: A Bénafitou, Dunan, JF Moulin.
Fait marquant: Campéon sur un coup de barrière accroche Bouarghane au saut et lui inflige un coup de corne derrière la cuisse droite.