NIMES : paroles de manadiers

C'est ça aussi être manadier

Les manadiers de Camargue fascine, intrigue, interroge encore aujourd’hui. D'habitude discret et secret, il se livre à vous aujourd'hui sur leur métier…

Jacques Mailhan et Naïs Lesbros, Reine d'Arles

Jacques Mailhan ( Cohiba ) nous a confié que… “Lou mestié de gardian es un mestié de boumian maï es un mestié de glori. Voilà comment le Marquis décrivait le travail avec les taureaux. Vivre en Camargue est une chance lorsqu'on a pour passion la nature et l'élevage. Voir naître des veaux et croire en eux, pour qu'un jour, le rêve se réalise lorsque le cocardier retourne au toril sous les applaudissements des afeciouna debout…
C'est dans ces moment-là que toute une vie de sacrifice prend son sens… Quand de bonheur, les larmes viennent mouiller vos yeux et que votre cœur semble exploser dans votre poitrine… Bien sûr, il y a bien d'autres satisfactions, mais aussi bien des déceptions… notamment aujourd'hui l'incompréhension des hommes envers les animaux… Mais le temps fait que l'on oublie le mauvais et qu'il reste que les instants de joie… ces mêmes instants de joie que l'on s'efforce au mieux de partager et transmettre à sa famille, à ses amis..".
Pierre Cuillé ( Épervier ) nous parle de sa passion… “Etre manadier, C'est tomber amoureux de ses passions, celle du cheval, du taureau et de nos terroirs. C'est s'engager pour conserver et transmettre notre exception culturelle. Etre manadier, c'est élever dans l'ombre, espérer toujours et enfin partager cet art vivant et éphémère que nous apprécions dans nos arènes".
Frédéric Bon ( Trancardel ) s’exprime sur son métier… “Certes honorable, nous le voudrions toujours plus honoré. Très souvent synonyme de personnalité, où mon père en était l’exemple parfait, il est de ces métiers qui font encore rêver. Une vie ou la passion l’emportera le plus souvent sur la raison, mais il est devenu de nos jours presque un sacrifice". Bien qu'entouré des meilleurs, il est et il reste un métier compliqué. Longue vie aux aficionados pour que perdure ce beau métier qui mérite encore plus de dignité dans vos cœurs de passionnés".
Magali Saumade ( Pourpier ) nous a indiqué ceci … “"Être manadier aujourd'hui… Si certains, nous considèrent, encore, aujourd'hui comme des'' seigneurs'' ou d'autres comme des chefs d'entreprises aux seuls intérêts mercantiles, la réalité est toute autre… Nous ne sommes en fait que des bergers, passeurs de témoin, animés par une passion, au service de la ''raço di biou''… Pour qu'elle perdure dans le temps et avec elle un pan de notre culture… de notre territoire… de notre histoire, de nos racines… Sachez que notre combat est quotidien… afin de partager avec vous des moments comme aujourd’hui… Pour que la Fé di Biou nous rassemble au-delà de nos différences. Et que la fête soit belle pour tous…"
Joël Paulin ( Cupidon ) nous a écrit ceci… “Cette année, nous fêtons les 22 ans de notre manade, ce qui engendre beaucoup de travail tous les jours. La rigueur et la patience font parties de notre quotidien ainsi que dans la sélection ou rien n’est acquis. Les grands trophées gagnés procurent de belles satisfactions. Ceci s’appelle la fé du Biòu".
Henri Laurent ( Jupiter ) nous offre ce poème… “ô cocardier, tu es l'aficion  le Roi des animaux En Camargue : Jamais defFête sans taureaux… Avant et notre ère et dans l'Antiquité, Tu as été l'expression de la divinité. Tu représentes la force et La virilité. Et pour Les passionnés tu es toujours un animal sacré.

Patrick Laurent se confie… “Passion, Patience, Connaissances sont les atouts du manadier. Aimer les tauromachies, c'est rendre hommage au culte du Dieu Mithra qui coule dans nos veines. Associons à cette journée, nos chevaux fidèles partenaires de notre quotidien"/

Olivier Nicollin ( Landié ) évoque le métier de manadier… “Être manadier ? La question est vaste … Si élever des taureaux, ne symbolisait pas tout ce que la Camargue et la Bouvine, portent en elles, de traditions ancestrales, de culture régionale, de notre vie à tous, de notre terroir. De l’abrivado à la bandido, où nos chevaux magnifiques ont la part belle, il y a ces courses magiques, où les hommes en blanc talentueux et courageux, rivalisent avec ces taureaux combatifs et combattants dans des arènes transcendées par l’amour des gens présents, réunis par une même foi, respect et admiration, portés par ces taureaux qui nous font vibrer, crier, applaudir. Être en finale, dans ces arènes prestigieuses, quelle fierté, quel immense bonheur !"

C'est ça aussi être manadier !

Propos recueillis par Patrice Blanc qui ont été lus à l'entrée en piste de chaque cocardier de la finale.

Jusqu'à la consécration avec le Biòu d'Or : la famille Laurent entourée de Claire Charbonnel, directrice générale de Midi Libre et Naïs Lesbros, Reine d'Arles