NIMES : journée finale du Trophée Taurin

Passion partagée

Quoiqu’on en dise ou on en pense, l’intérêt premier du Trophée Taurin – à savoir médiatiser et soutenir la course camarguaise – est toujours d’actualité. Premier point positif de la journée finale du Trophée Taurin Midi Libre – La Provence – FFCC pour laquelle les premiers concernés à savoir les quotidiens Midi Libre et La Provence se sont investis encore cette année. Et leurs représentants Claire Charbonnel, directrice générale de Midi Libre et Lionel Fassy, directeur de l’événementiel à La Provence, ont, dès le matin au cloître des Jésuites, rappelé et pérennisé l’action. La répartition des tâches avec la FFCC et Simon Casas Prod. ayant été bénéfique tout comme les partenariats ou l’aide logistique de la mairie de Nîmes, Nîmes Métropole, la Région Occitanie, le département du Gard et la cave de Gallician…
Les afeciouna

Le Biòu d’Or à Jupiter vient d’être proclamé.

Bon an mal an, les afeciouna répondent toujours en nombre à l’appel des finales. L’engouement est de mise. 300 personnes à l’élection du Biòu d’Or ; 6 000 en tout aux arènes (pour une date reportée, c’est vraiment pas mal). L’implication est totale et les spectateurs réagissent toujours vigoureusement aux décisions. C’est le jeu ! Cette année plus que d’habitude puisque associés pour élire le Biòu d’Or (vote sur midilibre.fr en faveur de Jupiter de Laurent par 41 % à 37 % pour Cupidon).
Les manadiers à l’honneur
Pas de course camarguaise, pas de grands taureaux sans le savoir-faire des éleveurs. Les manadiers ont été mis en avant dans cette édition 2018, et eux, d’ordinaire discrets voire secrets, ont livré au public les clefs de leur métier, ce qui a été lu à l’entrée de leur cocardier l’après-midi aux arènes.
La tenue de la course et des raseteurs
Côté piste, les raseteurs ont relevé le défi face à la qualité des taureaux qui, pour certains, ont réalisé leur meilleur quart d’heure de l’année. Entreprenants, culottés, créateurs d’émotions fortes, les hommes ont, à tour de rôle, endossé l’habit blanc des grands jours. Joachim Cadenas, payant de sa personne ; Félix, omniprésent, mais aussi Charrade, Ciacchini, François et Jérôme Martin ou Marignan et Aliaga. Bravo et merci à eux !
Partage des émotions
Les votes et les choix des vainqueurs ont été serrés toute la journée. Les supporters des uns et des autres ont dû l’accepter – non sans se faire entendre. Du Biòu d’Or à Jupiter au meilleur cocardier de la finale Landié de Nicollin et au meilleur animateur de la course Vincent Félix, les avis ont divergé. Et les émotions ont dû être partagées… avec humilité, parfois rancœur, relativité mais toujours une grande passion.