MONTFRIN : 5 octobre, finale Trophée Honneur

Montfrin : 1er acte

En ce samedi 5 octobre, la journée est placée sous le signe de l'honneur.

Honneur aux raseteurs du groupe 2 : toute la saison, ils sont en piste pour les courses comptant pour le Trophée de l’Avenir et quelques-unes aux As. Certains y rajoutent les taureaux jeunes, les étalons ou les vaches cocardières. Indispensables pour leur expérience auprès de jeunes timides face à des taureaux solides ; fidèles aux clubs taurins avec qui les liens tissés sont forts ; parfois décriés quand après tant d’années de piste, le corps n’est plus ce qu’il était et que les rasets se font secs comme un coup de trique. Qu’importe, ce samedi, c’est leur finale, leur journée.

Honneur aux organisateurs : cette finale toujours soutenue par le Trophée Taurin, permet de valoriser le travail des bénévoles, vecteurs de l’aficion renouvelée et transmise, découvreurs de jeunes cocardiers. Après La Balestilla d’Aimargues en 2018, c’est le tour du CT Lou Pougaou de Montfrin.

LES COCARDIERS

Quintus (N.943 de la manade du Rhône) ouvrira la course. « C’est le “cousin” de Banaru, explique Michel Fouque. Il ne supporte pas trop les tourneurs, se déplace, peut anticiper et aller au bout.Il n’a pas eu de chance, à Uzès où il fait une très bonne course, il s’est blessé au sabot. Il est parfaitement rétabli aujourd’hui, pour honorer sa place à Montfrin ».
Sortie : 6/07 à Uzès.

Coutard (N.952 de Fabre-Mailhan) « présente toutes les facettes de sa race, explique Jacques Mailhan, classicisme, volonté, dans les séries où ses cornes en scorpion créent la difficulté, il se chauffe et peut s’emporter à la planche ».
Sorties : 20/07 Remoulins. 4/08 Montfrin. 1/09 Fourques.

Vaujany (Martini, N.056, photo MALI) met du cœur et de l’intensité dans ses réponses qui vont crescendo. Sa rapidité fait mouche d’autant qu’il ne lâche rien jusqu’aux barrières.
Sorties : 8/05 Marguerittes. 30/05 Vauvert. 30/06 Montfrin. 28/07 Sommières. 10/08 Vauvert.

Campéon (N.942, Pagès) allie un beau physique et un caractère bien trempé. « Il est sérieux, intelligent, cocardier et affiche une préférence gauchère, décrit Pierre Pagès. En pays, il est brave, mais dominateur, c’est lui le patron ».
Sorties : 1/05 Vauvert. 16/06 Les Saintes. 28/07 Saint-Martin-de-Crau. 1/09 Les Saintes.

Boucanier (Guillierme, N.258).- Le plus jeune de l’après-midi affiche une combativité à toute épreuve où, chaud bouillant, les actions peuvent finir à répétition et avec une grosse ampleur. Attention à ne pas se manquer au saut.
Sorties : 24/03 Marguerittes. 21/04 Plan d’Orgon. 4/05 Palavas. 30/05 Eyragues. 10/06 Fontvieille. 30/06 Montfrin. 13/07 Fos. 29/07 Graveson. 27/08 Noves.

Saint-Eloi (Blanc, N.050).- Au fil de sa saison, c’est son côté spectaculaire qui ressort en toutes circonstances. Sa fougue s’exprime encore plus sur les droitiers. Brillant !
Sorties : 22/04 Mouriès. 8/07 Beaucaire. 4/08 Fontvieille. 1/06 Fourques.

Rouveau (Ricard, N.046).- Démonstratif et percutant, il exécute magistralement des shows fracassants. Ses actions sont servies avec une grande amplitude et une énorme vaillance. 24/03 Vendargues. 12/05 Le Grau. 2/06 Eyguières.8/07 Beaucaire. 1/08 Marsillargues. 1/09 Paluds.

LES RASETEURS

Jean-Henri Oudjit l'homme de l'Ouest

Jean-Henri Oudjit.

Il n’est pas nécessaire d’être né dans le berceau camarguais pour s’adonner aux taureaux. Jean-Henri Oudjit en est l’exemple même. Installé à Portiragnes, à 10 km de Béziers (Hérault), pur produit de l’école portiragnaise, ce droitier de 30 ans, parcourt la zone taurine pour vivre sa fe di biòu. « Je vais raseter partout où les clubs taurins m’appellent, en respectant la parole donnée, je suis même allé raseter à Eyguières le jour de la course à Portiragnes. En plus je me régale en Provence. Ma saison s’est bien passée, sans trop de bobo, même si j’ai pris une pointe dernièrement à Uchaud. Mais ça ira pour samedi. J’ai aussi raseté les vaches avec une 2e place sur la saison et le prix de la finale à Codognan. J’ai gagné la Marguerite d’Or, le Titi Bon Cœur à Port Saint-Louis, le Trophée des Opies à Eyguières… ». Avec 407 points au compteur, sa première place est assurée (3e en 2018) et Jean-Henri est prêt pour Montfrin : « Je vais essayer de bien clôturer, je n’ai pas trop regardé la composition de la course, je veux découvrir sur place et ne pas me mettre la pression à l’avance ». Serein, Jean-Henri gère son boulot « je ne fais pas de course en semaine » et profite de Léandre son petit garçon. Ainsi va la vie pour l’homme de l’Ouest.

Suivent dans l’ordre du classement : 2e Anthony Ayme (369 points, droitier). Blessé, le Saintois ne pourra participer à la finale. 3. Fayssal Allam (363, gaucher). Passé au groupe 2 en début de saison, Fayssal y a trouvé son bonheur et sa place. Une présence affirmée à gauche où il se fait apprécier des organisateurs et du public. 4. Damien Martin-Cocher (283, gaucher). C’est un pilier du groupe Honneur qu’il avait remporté l’an dernier sans pouvoir raseter la finale suite à une blessure. A 35 ans, le gaucher a annoncé sa fin de carrière. 5. Ludovic Matéo (267, gaucher). 6. Tom Vacaresse (249, droitier). 7. Farid Aliaoui (198, gaucher). Blessé à Castries, il ne participera pas à la finale. 8. Dimitri Fougère (195, droitier). 9 Yannick Michelier (181, droitier) ; 10. Boris Sanchis (161, gaucher). Invité d’honneur : Damien Moutet (droitier).

MARTINE ALIAGA

Texte et photos

LE CT LOU POUGAOU VOUS ATTEND CE SAMEDI 5 OCTOBRE

Le CT Lou Pougaou

PROGRAMME

12 h, salle Badès, apéritif. Repas : 18 €, salle Badès, sur inscription (guichet des arènes et 06 12 77 56 24 ou 06 09 55 39 87.
Ouverture des guichets et des portes, 13 h 30. 15 h, capelado d’ouverture. 15 h 30, 10 €, course finale. Remise des prix en piste. Après la course, apéritif offert à tous à la salle
Badès.