LUNEL : As, 18 juillet, Muscat (1)

Un Muscat peu grisant

La fête s’est arrêtée aux portes des arènes pour une première journée du Muscat bien peu grisante. Passé les deux premiers taureaux pas au meilleur de leur performance, la course aurait pu monter en degrés avec un Tourtoulen entrepris seulement les dernières minutes pour une ficelle balourde ; Triton, une fois placé, qui ne voit pas passer grand-chose ; Attila prêt pour le spectacle, Saint-Loup remuant mais participatif et un Capuccino qui doit se demander pourquoi on l’a sorti de son pré. L’équipe blanche rasète par à coups, ne trouve jamais le rythme, ni l’osmose pour travailler ensemble dans les séries. Et si Katif, F. Martin, Zekraoui (jusqu’au 5e) et les autres par moments, tentent, les spectateurs resteront sur leur faim.

Brennus (Les Baumelles, N.945).- Dur à bouger, dur à convaincre, centré ou aux planches, il se révolte à la 6e en fusant après Benammar, Katif, Zekraoui, pointe Bernard, oblige Aliaga à se coucher. Compliqué, rentre sa 2e ficelle.

Sultan (Lautier, N.916).- Il débute bien, rapide, vite retourné, enchaînant sans traîner, un pas d’anticipation (2 Carmen), puis se retient de longues minutes. Quelques salves puis regarde passer, c’est long !

Tourtoulen (Saumade, N.9106).- Attaque par des actions poussées au ras avec franchise. Cul aux planches, attend les attaques qui tardent. La pression fait défaut pour faire ressortir ses qualités. ça s’emballe les dernières minutes, Tourtoulen se livre, passe la corne et se démultiplie pour défendre sa 1re ficelle, rentre l’autre. 2 Carmen et retour.

Triton, cocardier dominateur, peu défié. Quelques actions ici avec François Martin.

Triton (Plo, N.7118).- Boulègue au début, se jette sur Katif en musique pour 3’50 les rubans, en mouvement. Se pose, mais ne voyant rien venir, repart plus loin. Le citer arrêté, personne ne prend le risque alors que Triton tient sa place et que le public commence à gronder. A 600€ la ficelle, une longueur après F. Martin et ce sera tout. Carmen mérité pour sa domination.

Attila – Enzo Bernard

Attila (Paulin, N.931).- Il se livre avec bonne volonté et franchise, les blancs s’affolent aux rubans. Dans la foulée, la 1re ficelle est travaillée en rythme pour des minutes bien frappées. Actions sur Katif (3), Soler, Benammar, F. Martin (2), Aliaga. 11 minutes enfin actives. 5 Carmen et retour.

Saint-Loup (Vellas, N.106).- D’entrée, impact sur F. Martin. Remuant et participatif, Saint-Loup offre son frontal avec cœur, se livre des deux côtés, s’investit aux planches. Saute, s’intéresse aux travettes. Le travail stoppe, quelques cites isolés, une série conclue à répétition (Katif, Aliaga) et une ficelle rentre. 2 Carmen et retour.

Cappucino (Le Rousty, N.210 ? 10 mn, hp).- 2’45 aux rubans sur ses déplacements. Puis plus rien alors que Cappucino prend la mouche et saute en biais mettant l’émoi dans les travette. Un coup de barrière sur Ouffe. Et voilà. Les ficelles rentrent en musique ;

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Course du jeudi 18 juillet. Entrée : 1/3 d’arène. Org. : JSPH. Président : Joris Alvarez. Raseteurs : I. Benafitou (se retire au 2e sur blessure), Katif, F. Martin, Soler. Gauchers : Bernard, Benammar, Zekraoui (se retire au 7e sur blessure), Aliaga, Ouffe. Tourneurs, : Estève, Lopez, Ull, Khaled, Kerfouche.

Trophée des As : Katif, 17 points ; Zekraoui, 9 ; Bernard, 8 ; Aliaga, 6 ; Benammar, 6.

Attila – Katif : ça frappe sec !