LUNEL *11 novembre 2018, finale du Pescalune*

Le lustre d’antan retrouvé

Le Pescalune à Sofiane Rassir, Cupidon meilleur cocardier de la finale.

A Cupidon de Paulin et Rassir, les trophées ; Epervier de Cuillé et Naïm, les coups de coeur dans une excellente finale du Trophée Pescalune

Lunel, Reine de la Course Camarguaise, un qualificatif qui lui va fort bien en ce jour de finale du trophée Pescalune. De l’excellent Epervier au brillant Timoko, via Cupidon, tous les biòu ont apporté leur contribution au succès de cette journée, et ce à la plus grande satisfaction du nombreux public. Chez les hommes, c’est la gauche qui dirige les débats avec les entreprenants Rassir, Naïm et Bouhargane, le battant Aliaga et la révélation du jour à ce niveau Bernard. La droite bien que présente, reste légèrement en retrait.

Cela valait bien l’ovation du public en fin de course aux raseteurs, tourneurs et manadiers appelés en piste pour un salut final où seuls manquaient à l’appel les organisateurs qui le méritaient tout autant pour leur parfaite programmation.

Réitérant sa domination de la finale des As, Epervier a mis les hommes en difficulté, ici anticipation sur Naïm.

Épervier (N.725, Cuillé).- Quel premier. Au placement remarquable avec déplacements opportuns, il part à l’assaut des attaques. Une belle anticipation suivie d’une bonne accélération, il menace l’arrivée avec une corne à l’affût. Anticipe Naïm (2), Bouhargane, Bernard et F. Martin qui doit plonger sous les planches pour s’en dépêtrer. Rentre sous l’ovation sa 1re ficelle à 1 500 € avec 8 Carmen.

Sylverado (N.521, Nicollin).- Positionné d’entrée, il est d’un grand classicisme dans ses ripostes en faisant un pas sur le côté, cornes en avant qui boulèguent pour empêcher tout contact. Il ramène à la limite Aliaga (3) et Rassir. Aux ficelles (11’30) qu’il conserve, son sérieux s’affirme. 3 Carmen et rentrée.

Trancardel (N.641, Bon).- Un petit tour de chauffe et hop, cul aux planches, il attend et monte sur les tourneurs. Sollicité il répond avec mordant et application. Pousse derrière Katif, Bernard, Bouhargane (2) où il finit patte sur l’estribo avant de se dresser après Bouhargane, Aliaga et Naïm. Rentre ses ficelles. 7 Carmen.

Ripostes vives et arrivées percutantes (ici sur Aliaga), Optimus conserve son 2e gland jusqu’à la 13e.

Optimus (N.605, Les Baumelles).- Ne se fait pas étouffer par les hommes qui restent prudents. Et pour cause, ses riposte sont vives et ses arrivées percutantes et fort engagées au-dessus des planches après Aliaga (2), Bernard, Rassir (4), Martin. Alors que le 2e gland restera dans le crochet de Bouhargane à la 13e, les ficelles retournent au toril avec le disque, entendu 6 fois.

Scipion (N.525, Saumade).- Sans quitter le terrain des planches, sa présence face au travail timoré est là, notamment dans les enchaînements d’où il se dégage avec aisance. Les primes montent, la ficelle atteint les 2 000 € et sous l’impulsion, le biòu prend la hargne. Derrière Naïm, Rassir, les trajectoires sont serrées, alors que Bouhargane, F. Martin se font embarquer dans une anticipation bien maîtrisée. Les ficelles restent en place, et un 5e Carmen le raccompagne.

Cupidon (N.707, Paulin). Applaudi dès son apparition, c’est avec maîtrise qu’il gère les débats. Ses charges sont fortes et finitions – une quinzaine après Naïm (6), Aliaga (3), Rassir (2) et Bouhargane (2) – percutantes. Aux ficelles, les hommes tirent les plans et le biòu redouble d’attention. L’abord se fait difficile, surtout que quand il voit l’homme s’élancer, il coupe les trajectoires. A l’ultime minute, F. Martin le prive de sa 1re ficelle, à 2 500 €. Excusez du peu ! L’ovation le raccompagne sous l’air de Bizet qui avait résonné 12 fois.

Timoko (N.025, Lautier). – Attendu lui aussi, le biòu de l’Avenir n’a pas déçu. Vite placé contre les planches, il s’engage à prompte vitesse derrière des hommes téméraires qui, crochet sur le frontal, le tirent au maximum. Cela pouvant se terminer par un puissant coup de butoir comme après Naïm, Bernard ou encore F. Martin. Un final de course enjoué récompensé de 7 Carmen.

Ainsi, la nuit pouvait tomber paisiblement sur les arènes pescalunes qui venaient de vivre un excellent après-midi de tauromachie. Merci à tous.

CYRIL DANIEL
PHOTOS MALI, CHRISTIAN ITIER

Les prix

Trophée Pescalune : Sofiane Rassir, 7 points (attribués artistiquement).

Meilleur cocardier de la finale : Cupidon de Paulin.

Coups de cœur :

Epervier de Cuillé et Yassin Naïm.

Fiche technique

Course du dimanche 11 novembre. Niveau As HT. Entrée : 3 900 spectateurs. Organisateur : SAS JSPH. Présidence : Joris Alvarez. Raseteurs droitiers : Dunan, Cadenas (sort à l’entracte), Katif, F. Martin. Gauchers : Bernard, Bouhargane, Rassir, Aliaga, Naïm. Tourneurs : Esteve, Ull, Dunan, Toureau, Kerfouche.