LANSARGUES : As, 26 mai

La bonne recette

Intensité de l’enfermée de Coquet sur Joachim Cadenas.

Des cocardiers bien choisis pour une équipe blanche à l’équilibre et les afeciouna sortent des arènes ravis. Un trio de choix se détache en noir, Médoc, Coquet, Nîmois qui, avec un Saint-Eloi bon premier et Artaban, un « hors points » raseté pour le meilleur, donne un ensemble très satisfaisant. Du coup, le vénérable Beleu (2e), 16 ans, passe bien, dommage que Bandol (6e) se blesse. En blanc, satisfecit général pour un travail assidu et quelques moments intenses.

Saint-Eloi (La Galère, N.654).- Délimite son terrain devant le toril et de là, ceux qui s’engagent reçoivent des finitions frappantes (une dizaine) dont certaines particulièrement pimentées. Encore une anticipation, deux tampons et rentre une ficelle. 7 Carmen et retour.

Beleu (Lou Pantaï, N.307).- Le vétéran gère tranquillement placement, déplacements et actions. A son rythme… mais quand Bouhargane s’emmêle les pinceaux, il est là pour frapper. Une belle série et les ficelles partent. 2 Carmen et retour.

Une frappe lourde de Médoc sur Bouhargane.

Médoc (Saumade, N.729).- Première action sur Cadenas avec bascule. Ne se fixe pas et malgré de lourdes frappes (Naïm, Bouhargane, Martin), il se laisse parfois déborder aux rubans. Aux ficelles, en revanche, il prend le dessus, anticipe Naïm, s’envoie (après Naïm, 2 fois), Bouhargane. Complique le jeu en jouant des cornes surtout à droite et rentre ses ficelles au terme d’un quart d’heure dynamique. 8 Carmen et retour.

Coquet (Cuillé, N.706).- Lui aussi baroule pour les premiers attributs (2′), plutôt chasseur en ce jour. Puis prend du mordant, les échanges sont superbes avec Jérôme Martin, Cadenas, Naïm. Chaud, chaud le trajet aux trousses de Cadenas. Trouve les bons postes à mi-parcours pour des minutes euphoriques (Naïm, Cadenas, Bouhargane, J. Martin). Les ficelles rentrent sur un quart d’heure intense. 8 Carmen et retour.

Un Nîmois entreprenant après Naïm

Nîmois (Fabre-Mailhan, N.033).- Il arrive à maturité et impose son caractère. Combatif, gaillard et spectaculaire. Il défie les blancs, accélère dans les poursuites et passe les planches à plusieurs reprises sur des coups de barrière appuyés (une dizaine), se cabre, se bat, coupe du bois. 12 minutes énergiques et spectaculaires. 6 Carmen et retour.

Bandol (Ricard, N.905).- Le grand banu plein d’énergie et de combativité saute et frappe plusieurs fois jusqu’à se blesser entre les pattes. Rentre à la 4e.

Artaban (Cavallini, N.254, hp, 12 minutes).- Vif et bouillant, il part au quart de tour à chaque mouvement pour finir au ras ou plus si affinités. Raseté en rythme, il prend le pas sur Ciacchini, frappe (Katif, Jourdan, Bouhargane, Cadenas). Se livre généreusement et impétueusement et garde un petit bout de sa 2e ficelle. 6 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA
Photos C. ITIER et MALI

Course du dimanche 26 mai. Entrée : quasi plein. Org. : comité des fêtes. Président : Aurélien Laget. Raseteurs droitiers : Cadenas, Jourdan, Katif, Ciacchini. Gauchers : Bouhargane, J. Martin, Naïm, Ouffe. Tourneurs : Kerfouche, Dunan, Estève.

Trophée des As : Ciacchini, 13 ; Cadenas, 12 ; Katif, 12 ; Naïm, 12 ; Bouhargane, 6 ; J. Martin, 4.