LA GRANDE-MOTTE : Avenir, 23 juin

Allam et Arzac au sommet des pyramides

Comment une affiche somme toute “ordinaire" – et ce n’est pas péjoratif –  se transforme en une très bonne course. Par le savoir faire d’un club taurin, Lou Gregau, qui gère familialement et amicalement raseteurs et taureaux. Par des manadiers qui, du coup, mènent leurs meilleurs espoirs. Par des raseteurs qui, sans cadors annoncés, s’entendent et travaillent assidument pour le meilleur, points et primes, chacun y a trouvé son compte et surtout le public – peu nombreux, dommage – qui repart content de son après-midi. Parfois la course camarguaise est simple et agréable comme une après-midi grand-mottoise.

Ce Souvenir Michel-Séverac a pleinement mérité le Carmen général final. L’équipe de raseteurs travaille jusqu’au dernier taureau en pleine entente et de belle manière et les cocardiers régalent de belles phases. Allam et Arzac accèdent à la plus haute marche, Capitou et Panadero n’en sont pas loin, mais tous, en noir et en blanc, ont contribué à la réussite.

Dexter (Rambier Cavallini, N.992).- A son rythme, se prête au jeu, sans refus. Allam pour tous les rubans. Une finition et quelques séries, 12’, 4 Carmen et retour.

Un bel envol de Capitou sur Dimitri Fougère

Capitou (Chaballier, N.246).- Se jette dans le chaudron à corps perdu et sur un fort tempo. Droite-gauche, sans respirer. Affiche une belle présence dans les séries où, après deux-trois reprises, il conclut à chaque fois superbement (Jourdan, Laurier avec bascule, Fougère). 12 minutes intenses. 6 Carmen et retour.

Gigolo (Cavallini, N.253).- Une volonté à toute épreuve pour un nombre incalculable d’enchaînements, la corne de plus en plus pointée au ras des planches. 13’d’une belle vaillance saluée de 5 Carmen et retour.

Agile, rapide et déterminé, Arzac conclut sur Fayssal Allam.

Arzac (Sauvan, N.229).- La très belle surprise du jour.Il va vite et ne lâche rien jusqu’au ras où il se soulève. Les blancs se méfient mais partent à l’abordage, chaque raset apporte son lot d’émotion, les plus serrés sur Laurier et Y.Martin. Attentif à tout,Arzac domine et termine par une magnifique conclusion sur Laurier. Dominateur, il rentre ses ficelles. 9 Carmen et retour.

Vendémiaire (Paulin, N.4071).- Le jeunot du lot (5 ans) aurait pu sortir 6e ou 7e. Mais cela lui aura permis d’emmagasiner de l’expérience. Indiscipliné, sauteur, mais des accélérations notoires dans les séries. 12 minutes d’apprentissage. 3 Carmen et retour avec une ficelle.

Un Panadero bouillant aux trousses de Vacaresse, motivé.

Panadero (Michel, N.166).- Sort avec une brave colère et se jette sur tout ce qui bouge. Sans se fixer, réplique franchement puis, se jette furieusement haut et fort après Vacaresse qui y retourne pour 2 répliques. Panadero se bat avec vigueur, franchise pour 11 minutes trépidantes. 4 Carmen et retour.

Roitelet (Lautier, N.886, hp 10’).- Remplaçant de dernière minute Gauguin, il se livre de bon cœur sans vice. Les hommes ne faiblissent pas et, tel un métronome, Roitelet s’adonne au jeu sous un flot de Carmen. Un final très agréable pour une course de qualité.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Course du dimanche 23 juin. Entrée : 1/3 d’arène. Org. : CT Lou Gregau. Président : Jacques Valentin. Raseteurs droitiers : Jourdan, Laurier, Vacaresse, Fougère. Gauchers : N. Benafitou, Y.Martin, Ouffe, Allam. Tourneurs : Arnel, Daniel, Miralles.

Trophée de l’Avenir : Y.Martin, 10 ; Laurier, 5.

Trophée Honneur : Allam, 24 ; Vacaresse, 13 ; Fougère, 12 ; Jourdan, 2 ; N. Benafitou, 1.