ASSOCIATION DES RASETEURS

Thomas Dumont préside les tenues blanches

Thomas Dumont président de l’Association des raseteurs.

Après la dernière assemblée générale des raseteurs du 7 janvier, Thomas Dumont a pris la suite d’Icham Fadli à la présidence de l’association. Ancien raseteur, tourneur, cet agent hospitalier de 36 ans, siège également au comité directeur et au bureau de la FFCC.

Comment êtes-vous arrivé à cette présidence ?

Icham au terme de son mandat n’a pas souhaité se représenter. J’étais le seul candidat. Cela fait suite à mon investissement à la FFCC aux côtés de Jacques Mailhan et je suis élu au comité directeur et au bureau. Cela donne une visibilité aux raseteurs, et si je n’avais pas été élu en tant que leur président j’aurais démissionné. L’association est composée en majorité des raseteurs As et tous les raseteurs n’en font pas partie sur la centaine de raseteurs et quarante tourneurs en exercice. Et si nous ne sommes pas d’accord sur tout, nous nous respectons. 

Quelles sont vos tâches ?

Je participe à de nombreuses commissions et réunions notamment pour élaborer les règlements. C’est compliqué, ce serait bien de trouver une stabilité pour ne pas avoir à revenir chaque année sur les quotas de raseteurs et les règlements. Ce n’est pas en vidant la piste qu’on remplira les gradins. Et le problème n’est pas le nombre mais le comportement de quelques-uns. Par exemple, avec le président de la FFCC, Jean-Marc Soulas – qui fait un énorme travail et est très réceptif des demandes des uns et des autres – nous voulons  une commission de discipline composée de personnes extérieures pour être efficace en n’étant pas juge et partie.  Egalement, nous travaillons sur une licence spéciale pour ceux, issus des écoles de raseteurs qui n’exerceront peut-être pas mais qui s’investiront dans la bouvine à d’autres fonctions… 

Va-t’on vers une saison calme et aboutie ?

Il faut une prise de conscience. Il y a une baisse significative du nombre de raseteurs et tourneurs dans certaines pistes pour aller dans le sens des demandes des manadiers. Cela a été voté par tous les tourneurs. J’espère que les manadiers sont conscients de l’effort fait pour protéger les taureaux. Lors du dernier comité directeur de 24 janvier, les règlements étaient au point. Mais les les manadiers ont fait appel des décisions prises. J’ai une réunion avec les raseteurs As mercredi prochain pour trouver un terrain d’entente. Mais il ne faut pas que tout soit remis en question tout le temps. 

MARTINE ALIAGA