ASSOCIATION DES ELEVEURS DE TAUREAUX DE COURSE CAMARGUAISE

L’AETCC à la Fédération des Manadiers

2019, grand changement chez les éleveurs de taureaux Camargue : la création de la Fédération des Manadiers. C’est-à-dire le regroupement des trois associations existantes – l’AETCC de Françoise Peytavin, les manadiers de la raço di biòu de Jacques Mailhan, et les manadiers d’abrivado et de spectacles de traditions de Bérenger Aubanel – plus ceux n’adhérant jusque-là à aucune et souhaitant rejoindre l’association.

Pour l’Association des éleveurs de taureaux de course camarguaise (à l’origine des « petits et jeunes » manadiers), un vrai bouleversement. Et la discussion lors de leur assemblée générale du 19 janvier, au Mas du Rousty, a trusté les autres sujets. Habitués à une vraie communication entre eux, à l’entraide et à un travail mutualisé, les adhérents ont un peu peur d’y perdre leur identité et d’être noyés dans le nombre. Leur présidente rassure : « l’AETCC a la culture de la communication interne et compte bien faire intégrer ce principe à la FDM. Il faut s’habituer à faire des comptes rendus des réunions et du travail des commissions et pourquoi pas un bulletin trimestriel pour informer tout le monde ».

Françoise Peytavin, présidente, et Francis Caillan, vice-président, complètent le propos, « Il faut jouer le jeu, cela va dans le bon sens, tout en restant vigilants, » et expliquent le pourquoi et le comment du nouveau fonctionnement : « L’idée de départ est d’être plus forts tous groupés. Le travail se fera surtout en commissions pour faire émerger les dossiers et solliciter les aides, cela mutualise nos forces. Cela crée aussi une dynamique auprès des jeunes manadiers qui arrivent avec d’autres idées. L’AETCC intègre sept membres dans le conseil d’administration de la FDM (7 pour la raço di biòu, 7 pour les manadiers d’abrivado). C’est une première mise en place, pour 3 ans ». Donc wait and see !

Autres sujets de l’AG : problème de coût des licences fédérales en discussion avec l’assureur pour les manadiers et les gardians professionnels. Préoccupation également autour des abattoirs (Alazard et Roux en redressement judiciaire). Côté sanitaire, les élevages sont au vert, le sérieux et la vigilance payent. L’association s’investit totalement dans la vente directe de viande et a obtenu le financement d’une remorque frigorifique (grâce à la FNADT) qui sera à disposition de tous les éleveurs. L’AETCC Occitanie poursuit sa tâche avec le concours d’élevage des jeunes pousses (sous la présidence de Thierry Teyssier, le trésorier Henri Gibert) et le concours de ferrades est programmé pour le 26 octobre à la manade Caillan.

Avec la manade Sauvan (Pérols), nouvel adhérent, les 34 membres de l’AETCC poursuivent donc leur route, sans tambour ni trompette mais avec sérénité, sérieux et beaucoup de travail.

MARTINE ALIAGA
Texte et photo