ARLES : finale du Trophée des As

Katif, Zekraoui – Landié, Pourpier
les vainqueurs de la finale

Enchanté par l’introduction colorée traditionnelle, le public a assisté à une course finale de qualité. Les vainqueurs se sont investis tout au long de l’après-midi, Katif et Zekraoui pour les plus en vue, Ciacchini et Marignan – et Favier jusqu’à sa blessure – dans de très bons passages. Manquait le zeste de folie qui s’empare parfois des hommes dans ces grands rendez-vous, l’usure de la saison peut-être… Côté taureaux pareil, hormis Mari Peu, premier de luxe, qui – j’espère – trouvera là un nouveau tremplin à sa carrière. La bravoure de Rubicon, la régularité de Trancardel, la difficulté avec Optimus, le panache de Pourpier, la volonté de Cupidon et l’extravagance pétaradante de Landié.

Mari Peu agressif et violent sur Ziko Katif.

Mari-Peù (N.626, Gillet).- Guerrier dans ses intentions, il agresse d’entrée les spectateurs de la contre-piste. Se déplace opportunément, anticipe, fuse, s’engage fort après l’homme. Katif et Zekraoui le citent pour de belles et dangereuses finitions. Tempère en fin de temps dans un excellent quart-d’heure. 5 Carmen et retour.

Rubicon (Cuillé, N.963).- Avec un placement rigoureux, il étale sa bravoure pour répondre à tout. Le désordre s’installe malgré ses accélérations (Martin) pour 5’30 les rubans. Se fait moins conciliant aux ficelles, Zekraoui de près (2 fois). Malheureusement, il glisse sur une action, se blesse et réintègre le toril avec ses ficelles (11e). 2 Carmen et retour.

Trancardel (Bon, N.641).- C’est le bon élève de la saison, participatif, régulier, il va au bout sur pratiquement chaque action pour peu que les hommes jouent le jeu. Inlassablement il s’engage et frappe des deux côtés. 9 Carmen et retour avec une ficelle.

Optimus affirme sa dangerosité en glissant la corne dans le pantaton de Maxime Favier et lui coinçant la jambe à la barrière.

Optimus (Les Baumelles, N.605).- Comme d’habitude, les blancs ne se jettent pas sur lui et le round d’observation est long. Mais dès le 1er raset de Zekraoui, il frappe méchamment, les planches volent après Favier. Dangereux sur Naïm, Zekraoui. Se décale et ignore parfois. Mais cité dans son terrain, il déploie ses qualités dans de méchantes finitions. Maxime Favier, dans un raset très engagé, en fait les frais à la 9e minute (fracture ouverte du tibia). Zekraoui, Aliaga tentent encore. Mais les ficelles fortement primées restent en sa possession. 6 Carmen et retour.

Pourpier – Zekraoui, le face à face.

Pourpier (Saumade, N.514).- Renvoie en menaçant des cornes pour 3’20 les rubans. Aux ficelles, bien en place, il défie les blancs qui calent. Motivés par les enchères qui montent, les raseteurs s’impliquent pour des arrivées en trombe et des ripostes bien frappées (Ciacchini, Zekraoui 2, Katif 3). Les ficelles à 2500€ à la maison. 7 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin, N.707).- Bien en place et volontaire pour 2’40 les rubans. Mais, bizarrement, il n’est pas trop attaqué, les minutes défilent, le public s’impatiente. Pourtant dès qu’il est sollicité il peut faire le pas ou conclure de belle manière comme après Katif, Marignan, Ciacchini, Zekraoui, Naïm). Rentre une ficelle. 8 Carmen et retour.

Landié – Katif, les deux hyperactifs se sont bien trouvés.

Landié (Nicollin, N/002).- A 9 ans, il étrenne sa devise frangée d’or, et donne le ton d’entrée en attaquant les planches. Rageur et jusqu’au-boutiste, il tamponne à tout va et multiplie les agressions. A droite, à gauche, en rafale, avec violence… Une débauche d’énergie qu’il paye en fin de temps mais quel tsunami ! Un final explosif salué d’un récital de Carmen et une ficelle qui rentre.

MARTINE ALIAGA
PHOTOS MALI

FICHE TECHNIQUE

Finale du Trophée des As. Dimanche 13 octobre. Entrée : 3/4 d’arène. Organisation : S.A. Ludi. Présidence : Claude Chevalier. Raseteurs droitiers : Charrade, Chekade, Ciacchini, Katif, Marignan. Gauchers : Aliaga, Bernard, Bouharguane, Favier, J. Martin, Naim, Zekraoui. Tourneurs : Esteve, Khaled, Lopez, Moulin, Perez.
Fait marquant : à la 9e minute de son temps, le taureau Optimus (Les Baumelles) rattrape Maxime Favier à la barrière et lui coince la jambe. Evacuation à l’hôpital pour une fracture ouverte du tibia.

POINTS TROPHEE DES AS
Marignan, 21 points ; Katif, 16,5 ; Zekraoui, 13,5 ; Naim, 12 ; Chekade, 9 ; Charrade, 7,5 ; Bernard, 6 ; Ciacchini, 3 ; Favier, 3.

PRIX
1er (avec 564,5 points) Ziko Katif ; 2e Zekraoui, 468 ; 3. Cadenas, 423,5 ; 4. Ciacchini, 352,5 ; 5. Marignan, 344,5.
O
livier Nicollin a reçu le Biòu d’Or 2019 pour son cocardier Landié.
Magali Saumade et Emmanuel Lescot le prix du meilleur taureau de la finale à Pourpier de Saumade.
Meilleur animateur de la course : Youssef Zekraoui.
Prix aux bayles des deux manades Nicollin et Saumade 

LES A-COTES DE LA FINALE

Tribune VIP

King Eric n’a pas perdu une miette de ce qui se passait en piste.

Côte à côte, le King Eric (Cantona) et son épouse Rachida Brakni, les manadiers Annie et Henri Laurent, au-dessus Joachim Cadenas.

Le King et le Maestro

Echanges

Conversation
entre le King Eric Cantona
et le Maestro Jean-Baptiste Jalabert.

J’aurais bien aimé être
à la place de Jacques Roumajon
et Gérald Rado.

Une capelado haute en couleur et chargée de sens

Devant plus de 6 000 personnes dont quelques personnalités telles qu’Eric Cantona, présent au 1er rang aux côtés d’Henri Laurent, la mise en scène du spectacle d’avant course est confiée à Céline Faysse et Jean Luc Grandmaison et leur groupe de l’étoile de l’Avenir, accompagné d’une cinquantaine d’Arlesiennes, après que la Peña Camargua ait chauffé l’ambiance en prélude.

Alors que la devise de la manade Nicollin orné d’or flottait sur le sable des arènes, entrée des Amazones de la Confrérie des gardians pour un  beau carrousel. Elles furent suivies par une pléiade d’Arlesiennes, toute porteuses de fanions aux couleurs des six autres manades participant à cette finale, dansant autour de garrots confectionnés pour l’occasion. Une belle façon de mettre une première fois à l’honneur les 7 biòu sélectionnés pour cette après-midi.

Une capelado chargée de sens qui a permis à Nais Lesbros, 23e Reine d’Arles et ses demoiselles d’honneur Lucie Barzizza, Laura Bernabé et Amandine Sabatier d’entrer en piste en amazone pour leur dernière finale du trophée des As. Elles furent accompagnées par Frédéric Lescot, président de la Confrérie des gardians, Frédéric Bon, capitaine de la Confrérie des Gardians et ses deux prieurs, Mehdi Ait-Idir et Julien Bourjaillat et Daniel Guiraud, représentant la Nacioun Gardiano. Place ensuite à la capelado, qui a vu tout d’abord rentrer un à un les manadiers de cette course devant Ziko Katif seul suivi des 11 autres raseteurs de l’après-midi.

Alors que l’on sait nos passions menacées par les instances nationales, un collectif de jeunes aficionados, avec le soutien du Trophée taurin et de la direction des arènes, a pu mobiliser le public à leur combat, qui est aussi le combat de tous afeciouna. Après une prise de parole pleine de souvenirs et de sens par le jeune Raphael Ladet, un nimois à l’origine du mouvement « Touchez pas à nos passions », le public qui s’était vu remettre un flyer avec le logo, a pu le brandir fièrement créant pour l’occasion un tifo géant.

Une bien belle capelado qui a mis en valeur tous les acteurs de la course camarguaise et qui a lancé pleinement cette finale.

VINCENT

L’ampleur du décorum.