ARLES : As, vendredi 19 avril 2019

Optimus met la barre haut

Vincent Marignan, très en forme, a attaqué tous les taureaux tambour battant, ici avec Optimus dans un quart d’heure supérieur.

Arles ouvre sa Feria par la camarguaise avec succès. Le nombre de spectateurs est conséquent (environ 4000), la course d’un bon niveau. Optimus des Baumelles (4e) reste maître à bord, Ibis de Layalle est un premier de qualité. Les autres cocardiers produisent de bons passages : Brusc de Ricard (2e) fantasque à souhait ; Lou Guechou de La Galère (3e) pour des enfermées de qualité ; Barcarin (5e) montre toute la vaillance des Mailhan ; Cupidon de Paulin (6e) plus cocardier que barricadier en ce jour ; Gigolo de Michel pas assez attaqué pour que s’exprime tout son potentiel. Côté blanc : Marignan entreprenant et esthète, M. Favier, après une année blanche, étale sa fougue ; Ciacchini, Aliaga, Cadenas sont les plus en vue.

Au final : Optimus prend le prix Rami, c’est amplement mérité ; Vincent Marignan le Lucien-Volle ; meilleur animateur Maxime Favier ; prix au bayle des Baumelles.

A la capelado, en présence de Naïs Lesbros et ses demoiselles d’honneur, toutes les associations d’éleveurs et de professionnels sont représentées et les manadiers et bayles des taureaux de la course se présentent à cheval. C’est beau !

Bien dans sa course, Ibis pousse après Marignan.

Ibis (Layalle, N.702).- On ne l’attendait pas à ce niveau, il a amplement rempli son rôle. Sachant se dégager, usant d’un bon placement, pointant la corne en finition, Ibis se bat avec énergie. Très bon premier. 3 Carmen et retour.

Brusc (Ricard, N.908).– Il boulègue en tous sens, néglige les fins de poursuites, se prête aux mauvais rasets, mais, attention, à la moindre faute ou longueur dans les cornes, il est là et frappe méchamment (Cadenas, Marignan, Ciacchini, J. Martin).

Lou Guechou (La Galère).- L’oeil à l’affût, il utilise tous les bons postes, pour des poursuites poussées. Les hommes sont prudents, belles trajectoires avec Marignan, magnifique enfermée sur Cadenas). Il gère à sa guise, sur la fa fin il faut aller le chercher ce que font Aliaga, M. Favier, Marignan, Cadenas. rentre ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Optimus (Les Baumelles, N.605).- Comme d’hab, il baroule les premières minutes, rode, chasse, repousse les blancs. Petit à petit monte en qualité, se cale et s’envoie méchamment sur Ciacchini, Favier (3). Il reste froid, maîtrise et domine.  Ses coups aux planches sont puissants après Aliaga (2), Dunan, J. Martin, Favier (2). Patron, il garde ses ficelles. 8 Carmen et retour.

Barcarin (Fabre-Mailhan, N.907).- Pas de doute, c’est un Mailhan ! Sa vaillance éclate sur de longues séries où il pousse en finition. Dunan l’embarque pour une belle conclusion et Marignan stoppe le chrono à 9 minutes. 2 Carmen et retour.

Cupidon (Paulin, N.707).- Bien en place, il se déplace opportunément, plutôt cocardier et moins explosif en ce jour. S’engage après Aliaga dans le berceau des cornes, appuie après Cadenas et éclate sur Favier. Une belle série, deux finitions (Aliaga, Cadenas) et Marignan prend la 1re ficelle au terme. 4 Carmen et retour.

Gigolo (Michel N.0060).- Pas trop attaqué, promène, se fait chiper ses rubans. Conclut de belle manière sur Ameraoui, Dunan, Aliaga. Vaillant dans les enchaînements, manque un peu de tonus pour sa première, et laisse ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Damien Moutet dans les tribunes après sa terrible blessure en début de mois.

Et le plaisir de retrouver dans les tribunes après sa récente blessure, Damien Moutet, ainsi que Joey Deslys.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos

Dangereuse conclusion d’Optimus sur Maxime Favier.