APCC : AG A LA GRANDE ABBAYE

Arbitre et/ou animateur

Face aux adhérents Frédéric Clarey, Claude Chevalier, Nicolas Manchon, Philippe Gibert, Jean-Marc Soulas, Frédéric Niguet.

« Nous devons être irréprochables pour être respectés », c‘est le vœu du président Nicolas Manchon à ses adhérents, les voix des arènes. Un poste difficile, chargé de responsabilités, bouc-émissaire des lacunes ou des outrances des uns et des autres… Entre arbitre qui doit appliquer le règlement et animateur sur qui repose la vivacité des débats, le poste de président de course est au cœur de la course camarguaise. Une place en constante évolution et qui profite du travail de cette jeune association en lien avec la FFCC.

Dimanche, réunis en assemblée générale à la Grande-Abbaye à la manade Saumade, devant une salle bien remplie, le bureau de l’APCC a rendu compte des évolutions et, il faut bien le dire, des reculades parfois. Mais les débats entre ces gens de bouvine furent éclairés, constructifs, et très intéressants.

Etat des lieux avec Frédéric Clarey, le secrétaire – en 2018, l’APCC a participé aux états généraux de la course camarguaise, au projet d’arbitrage, participé à huit réunions sur les règlements (déception quant au résultat), a réuni 4 fois son bureau – et Claude Chevalier, trésorier pour des comptes équilibrés. Eclairage sur l’examen fédéral de président de course avec Nicolas Manchon détaillant la partie théorique (sur les règlements) ; pratique (en duo sur des taureaux jeunes puis Ligue) ; évaluation. Quelques problèmes pour trouver des clubs taurins volontaires pour faire débuter ou essayer les débutants.

La FFCC faisant partie du Ministère des Sports, le président Soulas faisait remarquer qu’elle se doit d’avoir un corps arbitral d’où le projet, suivi par Frédéric Niguet, où les présidents des courses As ont été suivis, un bilan tiré sous l’oeil d’Alexandre Ruiz, arbitre de rugby. L’idée étant d’aider et pas de sanctionner. Le débat s’anime, les avis divergent. D’autant que, fait remarquer Jacques Valentin, les présidents sont les plus sanctionnés bien que soutenus par la FFCC.

Après avoir salué la bonne collaboration entre l’APCC et la FFCC, le président Manchon lançait la partie plus ludique qui débutait par la visite des installations et du bétail de la manade Saumade.

MARTINE ALIAGA
Texte et photos
Photo en tête : Lucie et Emmanuel Saumade, Nicolas Manchon, Thierry Ferrand, Philippe Gibert, Claude Chevalier, Frédéric Clarey.

ECHOS

L’Association des présidents de course.

APCC, le bureau : Nicolas Manchon président. Frédéric Clarey secrétaire. Claude Chevalier trésorier. Jacques Valentin, membre (président d’honneur et membre fondateur). Philippe Gibert membre. 39 adhérents dont 30 présidents de course.

Poste trésorerie : solde disponible au 31 janvier 2019 à 1988,14 €.

Questionnaire : l’APCC fait remplir à ses adhérents un questionnaire pour cerner un peu mieux l’impact de l’association.

Rendez-Vous 2019 en projet : édition de la brochure des règlements sportifs remise à tous. le samedi 10 août, petit-déjeuner au pré du Cailar. En novembre, rencontre bilan de fin de saison au sein du stage de perfectionnement des jeunes stagiaires au Scamandre.

Info 2019 : l’assesseur du président doit être licencié FFCC. En 2019, seront primés la cocarde et un gland, puis le 2e gland dans toutes les catégories de course As, Avenir, Honneur, taureaux jeunes, vaches.

EN PAYS

Une charrette bien remplie pour visiter les bêtes.

Moment privilégié que la visite des cocardiers et vaches dans leurs prés respectifs. Balade à la rencontre de Scipion, Pourpier, Eos, Rigau et leurs compères, avec les explications avisées d’Emmanuel Saumade et Thierry Ferrand. 400 hectares pour environ 200 cocardiers et vaches et une centaine d’Angus, un paradis entre Petit Rhône, étangs et marais.

Bien sûr le souvenir du grand Tristan est dans toutes les mémoires, lui qui, aux côtés de Nandin, a savouré là une longue retraite. Et la stèle près de la grande salle, aux noms de Samouraï, Président et Tristan, rappelle les Seigneurs de la manade. Témoignages du passé qui ont porté haut les couleurs “rouge, bleu, jaune" des Saumade.

Eos et Rigau dans toute leur splendeur sauvage.