AIMARGUES – ESPOIRS DE NICOLLIN

LES ESPOIRS ROUGE ET VERT

EN APPRENTISSAGE

Pour le souvenir Denis Serviere,  fidèle supporter de le devise Rouge et Verte de la Tour d’Anglas, la Manade Lafont, devenue Manade Nicollin, alignait aujourd’hui 7 de ses pensionnaires de la même nourrie, tous âgés de cinq ans.

De par ses qualités, Major est un espoir né.  Benvengu, David et Belori demandent à être revus avec plus de maturité.
Chez les hommes, peu avantagés par une piste sablonneuse, le travail soutenu fait parfois défaut mais dans l’ensemble rien à redire. Bourghane est récompensé pour son mérite alors que Miralles est honoré pour sa dernière.

Benvengu (388) – D’aspect tendre il prend peu à peu de la bouteille en accompagnant sèchement Laurier, Bouhargane et Sanchez. Défend ses ficelles avec bravoure et en sauve une. 5 Carmen plus rentrée.
Afouga (331) – 8 minutes pour se mettre dans le coup avec plus d’à-propos dans ses répliques et finitions. Pas facile à manœuvrer surtout qu’il baisse la tête il conserve ses principaux attributs près de 12 minutes. De bons passages, d’autres plus légers. Il n’a que cinq ans. 5 Carmen plus retour ficelles en place.
Dario (328) – N’affiche pas une coopération dés plus soutenue,  alternant la retenue, les évasions et un manque d’entrain sur les sites.
David (304) – Entrepris, affiche bravoure. Sans vice, il prend les invites. A la 9ème, serre Miralles avant de tamponner derrière Laurier et se dresser après Miralles. A partir de là le ton monte, les rasets s’enchaînent et sans baisser, il tient pied. Rente en musique, entendu 6 fois, une ficelle.
Daudet (331) – Quel petit fou ! 2 envolées à blanc, des tours en contrepiste et dès son retour en piste se cale au point que les portes ne peuvent pas toujours être refermées. Un raset à la tête de Castell qui lui ravit d’un seul coup les 2 glands. Rien de plus. A revoir.
Belori (369) – Cet étalon d’aspect calme s’est bien prêté au travail servi par les hommes. Des allonges appliquées, des sauts certes, mais certains dans l’élan. A la 10ème, belle offensive  derrière Bouhargane qui se conclue par un engagement ou le bois craque.  4 Carmen plus retour.
Major (362) – Energie canalisée, une maîtrise parfaite de la piste et du suivi dans ses échanges avec des arrivées cornes menaçantes avant de sauter derrière Laurier que le secouer quelque peu. S’envoie derrière Castell, Bouhargane, Sanchez et Miralles (2). Le disque entendu  fois le raccompagne.

Entrée : 180 pers
Organisateur : CTPR La Ballestilla
Présidence : J. Serviere
Raseteurs Droitiers : P Laurier, T Castell, C Miralles Raseteurs Gauchers : Y Martin, J Bouhargane, M Sanchez
Tourneurs : C Castell, H Kerfouche, L Esteve

Texte et Photo Cyril Daniel